De la morna du Cap Vert au marrabenta du Mozambique

Table ronde et séance d’écoute avec différents spécialistes pour découvrir ou mieux connaître la richesse et la diversité des musiques d’Afrique lusophone, leur origine et les circulations d’un continent à l’autre.

On écoutera les nombreux rythmes du Cap Vert sauvegardés par des enregistrements anciens, les jeunes musiciens urbains de Maputo et de Luanda au Mozambique, la voix d’un grand interprète et compositeur, Teofilo Chantre.

Jean-Yves Loude, écrivain et ethnologue, a effectué la collecte des musiques traditionnelles acoustiques du Cap Vert et de São Tomé-et-Principe.

Teofilo Chantre, musicien capverdien.

Antonio Polo est ethnomusicologue.

Ariel de Bigault, auteur et réalisatrice, sur les musiques urbaines d’Angola, le semba, la rebita… La nouvelle génération des chanteurs-compositeurs, comme Paulo Flores, revisite ce patrimoine et recrée ces styles.

La jeunesse angolaise redécouvre son histoire et ses racines tout en inventant d’autres formes d’expression – hip-hop, électro et surtout le kuduro par Hikore, Jess et Crabb.

Tous les détails sur http://www.quaibranly.fr/fr/programmation/salondelecture/zoom-afrique-lusophone.html

Les commentaires sont clos, mais les trackbacks and pingbacks sont ouverts.