La Cathode n’est plus !

Le Tribunal de Grande Instance de Bobigny a prononcé la liquidation le 19 Décembre 2013

Pionnier de la Communication sociale et véritable laboratoire d’étude du lien social (http://lacathode.eklablog.fr/dossier-thematiques-a93181535) pendant 27 ans, acteur reconnu de l’éducation populaire, témoin de l’évolution de notre société à partir de son regard sur la banlieue sensible où elle a exercé ses activités et à travers de nombreux documentaires, la CATHODE a rendu les armes en décembre dernier, victime du désamour des pouvoirs publics pour ses missions, et du désengagement financier progressif des collectivités locales et territoriales, ne lui permettant plus de poursuivre son action citoyenne.

La CATHODE n’est pas seule dans ce cas. D’autres structures associatives souffrent également, voient leurs missions menacées par un environnement où la finance remplace la solidarité, où les pouvoirs publics accordent moins d’importance à ce qui crée du lien entre les populations. Les médias des quartiers issus des événements de 2005 sont particulièrement touchés.

Il faut rappeler que lors des émeutes en banlieue de 2005, alors que les journalistes étaient interdits de séjour dans les cités, France 3 a demandé à la CATHODE d’aller filmer dans ces quartiers chauds, pour avoir des images, des témoignages, pour que la coupure ne soit pas totale, que la parole circule et que l’Etat reste de droit. Le chantier d’insertion http://regards2banlieue.tv est né de cette expérience, pour former des jeunes et moins jeunes de banlieue à manier le son et la caméra, pour témoigner de la richesse de la vie en banlieue.

Des ateliers de réalisation de films avec les habitants des quartiers étaient une des autres activités de la CATHODE. Parallèlement, ses réalisateurs produisaient des documentaires sur des thèmes sociaux. Récemment, la CATHODE a eu un rôle déterminant en contribuant à lancer la campagne nationale contre le harcèlement scolaire, en développant la notion de résilience collective, et par son travail conséquent sur la parentalité et en particulier, la coéducation et de l’éducation partagée en associant les parents à l’école…

Fort d’une démarche profondément humaniste, elle a défendu la notion de dynamique des personnes, permettant à celles qui sont en difficulté de rebondir par la parole et la coconstruction de projets. Son travail a été de nombreuses fois primé en festival.

Aujourd’hui, les économies réalisées entraînent le licenciement de deux salariés, qui n’appartenant pas à un grand groupe, ne bénéficieront d’aucune publicité lors de leur mise au chômage. L’addition des quelques postes supprimés ici et là dans les associations finit par faire un gigantesque plan social, de plusieurs dizaines de milliers de personnes, bien supérieur à ceux dont on entend parler dans les médias.

Cette situation est aussi le résultat d’une instrumentalisation des associations à travers de multiples dispositifs, une complexité et un formalisme administratif qui n’a fait que s’accentuer au détriment de la reconnaissance de la contribution citoyenne des associations et de leur travail en matière d’innovation sociale et environnementale. Rappelons que le document CERFA a été créé pour être unique et universel dans les demandes de subventions, à quelque organisme public que ce soit. Où en est-on de son utilisation aujourd’hui, à un moment où le « choc de simplification» est mis en avant, et où la participation de tous est nécessaire à la relance de l’économie et de l’innovation, l’un des principaux atouts de la France.

Aujourd’hui, les activités de la CATHODE, symbole d’une démocratie de proximité, vont disparaitre, ainsi que d’autres, fragilisant le tissu social au nom du réalisme économique. Il est à souhaiter que le coût sociétal de ces décisions ne soit pas plus lourd à terme que les économies réalisées.

Les commentaires sont clos, mais les trackbacks and pingbacks sont ouverts.