Les lessiveuses sur une scène d’opéra !

Les Lessiveuses est au départ un film documentaire au sujet des femmes dont un ou plusieurs fils sont en prison et qui, semaine après semaine, années après années, maintiennent coûte que coûte un lien avec leur enfant, le seul possible, celui du linge : le linge sale qu’elles remportent et le linge propre qu’elles rapportent lavé, repassé, parfumé.
en adaptant son film à l’opéra pour la Piccola compagnie, Yamina Zoutat poursuit son che mi ne ment en y ajoutant toute une dimension fictionnelle – bribes d’histoires, rêves… – et met en scène une folie ordinaire. À la rencontre des « lessiveuses », elle nous confronte à des énigmes où se rencontrent deux folies : la folie maternelle et la folie carcérale.
Oser cette rencontre, c’est s’aventurer en deçà des mots, dans « un territoire de rituels, de traces, d’emblèmes, de frontières, de pulsions chaotiques et violentes, submergé par d’étranges raz-de-marée auxquels les rives de notre identité furent de tout temps exposées. » (anne dufourmantelle, La Sauvagerie maternelle) une femme est donc partie à la rencontre d’autres femmes qui partagent une situation identique mais qui sont condamnées à vivre un même isolement, une même solitude.
elle revient avec trois personnages féminins d’âge et de condition sociale différents. devient alors possible ce que la réalité interdit, des échanges entre mères : partage d’expériences, de peurs, de rêves ou de fantasmes. les éclats de rires et les larmes contenus peuvent enfin éclater sur scène.

« Les Lessiveuses », création mondiale. 
Thierry Machuel, musique. 
Yamina Zoutat, livret et images vidéo. 
Durée : 1 h 19. 

Prochaine date : 
Mardi 27 mai à 20 h 30, Centre Olivier Messiaen, Champigny-sur-Marne (94).
A vingt minutes de Paris par le RER E.

Les commentaires sont clos, mais les trackbacks and pingbacks sont ouverts.