Projections Anita Conti

« Racleurs d’océans » de Anita Conti (1952)
« Anita Conti, une vie embarquée » de Marc Gourden (2010)
en présence du réalisateur Marc Gourden et de Laurent Girault-Conti

Anita Conti est née à Ermont en Seine et Oise, le 17 mai 1899. Après avoir été remarquée pour ses créations de relieur d’art dans les années 1920 et 1930, elle s’est affirmée dans le monde maritime par ses initia- tives pendant plus de soixante années. Femme d’aventure, atypique, indé- pendante, elle embarque en 1952 sur le Bois Rosé pour une campagne morutière de cinq mois sur les bancs de Terre-neuve et du Labrador. En 1986, Laurent Girault, artiste peintre, croise la route de «La Dame de la Mer». Six ans plus tard, il fonde l’Association Cap sur Anita Conti pour défendre ses droits et alerter de l’intérêt de son œuvre. Fils adoptif d’Anita, il l’accompagnera jusqu’à sa disparition à Douarnenez en 1997.

«Anita Conti, une vie embarquée» C’est l’histoire d’une femme dont on disait qu’elle avait la mer dans le sang. Anita Conti a passé la plus grande partie de sa vie sur des bateaux. En 1952, elle va vivre ce qu’aucune femme n’avait vécu jusque là, cinq mois à bord d’un chalutier de la Grande pêche. La Grande pêche, c’est le métier de ceux qui partent pour les mers froides de Terre-Neuve et du Labrador, de l’autre côté de l’atlantique.
Les marins croient avoir embarqué une scientifique de la mer. Ils ne se savent pas encore que c’est un écrivain clandestin qui va parta- ger leur quotidien. A cinquante- trois ans, ce n’est pas la dureté des conditions de vie à bord d’un chalutier Terre-neuva qui inquiète Anita Conti, ce n’est ni l’éloignement ni la promiscuité qui la tourmente. C’est être au seuil d’une aventure toute particulière dans ce huis clos maritime, une aventure qu’elle a maintes fois repoussée : écrire son premier livre. Le 28 juillet 1952, le Bois Rosé appareille de Fécamp. Anita Conti em- porte avec elle, une caméra 16mm et deux appareils photo. Lorsqu’un an plus tard, paraît le récit «Racleurs d’océans», c’est un coup de tonnerre dans la littérature maritime.

Dimanche 28 avril à 17h, à la MJC Sterenn à Tregunc (Bretagne).
Entrée Libre.
Renseignements : 02.98.50.95.93.

Les commentaires sont clos, mais les trackbacks and pingbacks sont ouverts.