Cinéastes en résidence – Périphérie

Mercredi 28 septembre de 15h00 à 22h00
à la SCAM

Comme chaque année nous avons le plaisir de pouvoir présenter à la Scam des films accueillis en Résidence cette année et l’année précédente. L’occasion de venir découvrir 4 films d’un coup !

15 h 00 : La Mort de Danton de Alice Diop (64’)
Steve a décidé de devenir acteur. Pendant trois ans, il a suivi l’enseignement délivré au Cours Simon. Steve vit en Seine-Saint-Denis, dans un quartier populaire. Il est noir et il rêve de tenir le rôle de Danton, mais Danton n’était pas noir…

16 h 30 : Mémoire blanche de Maria Reggiani (41’)
Alors que ma me`re e´tait hospitalise´e pour une grave de´pression, je l’ai filme´e. Je lui ai demande´ pourquoi et comment elle avait de´cide´ quand ses enfants e´taient petits, de ne plus s’occuper d’eux et de les placer dans un home d’enfants. A` partir de ce qui ont e´te´ mes derniers e´changes avec elle, des extraits de son journal intime, des photos de famille, un entretien avec ma soeur aine´e, des archives de mon pe`re, j’ai cherche´ a` reconstruire un parcours familial en interrogeant mon senti- ment d’abandon. Maria Reggiani

17 h 30 : Je m’appelle Garance de Jean-Patrick Lebel (81’)
A travers le déploiement de son imaginaire, une petite fille s’invente des destinées, recrée sa propre histoire et construit sa personnalité. Filmée entre cinq et neuf ans par son grand-père, dont la caméra opère comme un instrument de jeu, un stimulateur de sa veine fabulatrice, elle échafaude des constructions imaginaires, dans lesquelles son je est plein d’autres, pour façonner à tâtons sa propre identité.

19 h 00 : Cocktail

20 h 15 : Mirage d’un village russe de Luc Thauvin (85’)
Récit d’une rencontre avec les cinq derniers habitants d’un village : Diki, “sauvage” en russe. Il a été bâti par des paysans en fuite, réfugiés dans ce lieu isolé au milieu de la forêt. Né de la résistance à la collectivisation à partir de 1928, il disparait aujourd’hui après 80 ans de vie sans jamais avoir été inscrit sur aucune carte officielle du territoire. “Mirage d’un village russe” parle de la fin d’un village au passé singulier, et plus largement de la mutation d’une société paysanne vers une société urbaine.

La Scam, salle Charles Brabant
5, avenue Vélasquez 75008 Paris
métro Villiers ou Monceau

Attention ! Nombre de places limité, réservation indispensable svp à
contact@peripherie.asso.fr

PLUS D’INFOS SUR LES FILMS SUR LE SITE DE PERIPHERIE

Les commentaires sont clos, mais les trackbacks and pingbacks sont ouverts.