Dans mon quartier je vis, je meurs…

Le 30 novembre à 20h30 au festival de Belfort, dans le cadre de la soirée de la Région Franche-Comté

Dans mon quartier je vis, je meurs…
Palente-Orchamps, comment ce quartier de Besançon qui a connu les grèves ouvrières de la Rhodia en 1967, la longue occupation des Lip, le cinéma militant des groupes Medvedkine, vit-il aujourd’hui ?
Comment une culture populaire, née avec le quartier à la fin des années 50, peut-elle contribuer à le maintenir en vie, à préserver les liens, à garder confiance dans l’avenir?
C’est en filmant Henri, Fayçal, Dylan et les autres, que Marion Lary a cherché les réponses à ces interrogations. Pendant deux ans, elle les a rencontrés, seuls ou ensemble, les retrouvant dans leurs lieux, leurs activités, leurs fêtes. C’est ainsi que peu à peu se sont tissés des liens qui ont permis l’émergence de leur parole, une parole dont on peut penser qu’elle ne s’était pas souvent livrée ainsi.
Ce documentaire dessine ainsi la physionomie d’un quartier singulier et attachant.

Les commentaires sont clos, mais les trackbacks and pingbacks sont ouverts.