Dispositifs critiques : Le documentaire, du cinéma aux arts visuels

DISPOSITIFS CRITIQUES. LE DOCUMENTAIRE, DU CINÉMA AUX ARTS VISUELS, d’Aline Caillet

Depuis une dizaine d’années, le documentaire filmique est devenu une pratique hybride qui mêle cinéma, théâtre, vidéo et performance, marquant ses distances avec la prise directe.
Construisant des situations et générant de nouvelles expériences, il s’affranchit souvent de la relation authentique au réel qu’il devrait pourtant garantir.
De tels bouleversements impactent sa théorisation esthétique qui, pour l’essentiel, procède des seules études cinématographiques et limite le fait documentaire à la seule captation du réel.

Avec le concours de l’équipe de recherche Aesthetica, art & philosophie, UMR ACTE 8218 – université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – CNRS.

Aline Caillet est maître de conférences en esthétique et philosophie de l’art à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne (Institut ACTE-UMR CNRS 8218, équipe Æsthetica). Elle est l’auteur de Quelle critique artiste ? Pour une fonction critique de l’art à l’âge contemporain (Paris, L’Harmattan, coll. « L’art en bref », 2008).

SOMMAIRE

Première partie : Esthétique du documentaire
1) Tordre le réel
2) Renégocier la fiction dans le documentaire
3) Du document à la parole, de la parole au geste
4) Dispositifs narratifs : le récit en mode mineur

Deuxième partie : Au cœur des dispositifs
1) Mettre le réel à distance
2) Faire et refaire l’histoire : les pratiques de re-enactment
3) Valeur scientifique des dispositifs documentaires
4) Documentaire et imaginaire : la poésie du réel

Pour plus d’informations dont introduction, table des matières et 4e de couverture, et acheter en ligne : http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3625

Les commentaires sont clos, mais les trackbacks and pingbacks sont ouverts.