Les Dimanches de Varan

du 29 avril au 20 mai 2012
tous les dimanches de 10h à 14h

Les Dimanches de Varan sont une proposition originale d’ateliers autour du cinéma documentaire (et pas uniquement…) : cartes blanches à des critiques, des penseurs et des cinéastes pour nous aider à voir et à entendre ce qu’il se perçoit à travers le cinéma, et à y réfléchir avec les films.

#1# PARLER SA (UNE) LANGUE AU (DE) CINEMA
avec MARIE-PIERRE DUHAMEL MULLER
, programmatrice et curatrice, critique, auteure et traductrice…accompagnée de son choix d’extraits de films et de courts métrages.
« Dialogue écrit ou improvisé, paroles arrachées ou offertes, textes lus ou dits…depuis les années 30, le cinéma enregistre une langue (et parfois plusieurs) dès lors qu’il enregistre une parole.
Ecoutons les langues (leurs variations et leur jeu) que parlent les films, fictions et documentaires, au fil de l’histoire du cinéma, de ses évolutions technologiques, de ses systèmes de distribution, et pourquoi pas de ses modes. Prenons plaisir aux ressources que certains cinéastes puisent dans le foisonnement des expressions, dans les modulations, les registres et régimes des langues. Et nous verrons sans doute se tendre les « pièges de Babel » que défient le langage du cinéma. »

DIMANCHE 29 AVRIL – ETRANGES ETRANGERS
Comment parlent les « étrangers » et les « provinciaux », comment sont filmées les « langues étrangères » ou les « accents ». Cinélangues désinvoltes et mise en scène « par les langues » coexistent dans un heureux refus du naturalisme.

DIMANCHE 6 MAI – CINÉLANGUES-HISTOIRE
Les cinélangues portent l’Histoire, la révèlent ou l’anticipent. Historicité stylisée des mots et des parlers et retour du réel au-delà des typologies et des conventions : la mise en scène de la langue documente, analyse, prophétise.

DIMANCHE 13 MAI – AVANT, PENDANT ET APRÈS LA TÉLÉVISION
Nous baignons dans le Babel-babil du “live”. Les mises en scène doivent parfois ruser avec la “langue audiovisuelle” ou l’exposer, pour comprendre “ce qui se dit”. Documentaire et fiction se découvrent un nouvel enjeu, la langue communicante, et celle du management.

DIMANCHE 20 MAI – CE QUE L’ON COMPREND
De la France à la Chine, de l’Italie aux USA, le cinéma a la capacité de se “faire comprendre” alors même que la langue échappe en partie aux efforts des traducteurs. Il rassemble les spectateurs malgré leur “surdité linguistique”. Une capacité dont le revers est bien entendu un quasi constant “malentendu”.

Séances de 10h à 14h aux Ateliers Varan.
6, impasse Mont-Louis
75011 Paris
Métro Philippe Auguste (ligne 2)
Participation aux frais : 5 euros par séance, café et croissant compris.

Toutes les informations sur http://www.ateliersvaran.com/

Les commentaires sont clos, mais les trackbacks and pingbacks sont ouverts.