Projection « Fifi hurle de joie » de Mitra Farahani

Avec l’atelier Alberola
« Fifi hurle de joie », de MITRA FARAHANI, 2013, 96’, BluRay STF
Prix international de la Scam, Cinéma du réel 2013

Quand elle retrouve à Rome BAHMAN MOHASSESS, célèbre peintre iranien à l’oubli duquel le régime postrévolutionnaire a activement contribué, Mitra Faharani ignore qu’elle filmera les derniers mois de sa vie. La joie est pourtant au rendez-vous dans ce film. Malgré l’exil de cet homosexuel après la chute de Mossadegh, en 1954, une vitalité pasolinienne caractérise l’artiste et son travail. Rare toile à n’avoir pas été détruite de ses propres mains, Fifi hurle de joie, accrochée dans sa chambre d’hôtel, résume cette combinaison de truculence et de désespoir.

« On construisit et on détruisit, pour ne laisser au monde qu’une triste chanson » : le vers de Marino Marini dicté à la réalisatrice n’est que l’une des injonctions ludiques, parfois explosives, qui émaillent leur relation aussi fragile que touchante, Mohassess traitant le film en cours comme un autoportrait qu’il pourrait détruire à tout moment. En lui faisant rencontrer deux mécènes qui lui commandent une toile, Faharani joue les Balzac car l’entreprise a tout du chef-d’oeuvre inconnu.
Comme le reste du commentaire off, cette référence littéraire fait office de sas indispensable entre la forme à priori familière du portrait filmé et la violence crue, sidérante, qui l’a brutalement laissé inachevé. (Charlotte Garson)

Mardi 11 Juin, 17h30
aux Beaux-arts, Salle de conférences
14 Rue Bonaparte
75006 Paris

Les commentaires sont clos, mais les trackbacks and pingbacks sont ouverts.