Projection « Natpwe, le festin des esprits » de Tiane Doan na Champassak et Jean Dubrel

« Natpwe, le festin des esprits », de TIANE DOAN na CHAMPASSAK et JEAN DUBREL,
France-Birmanie, 30’, 16mm et S8

« Let Each One Go Where He May », de BEN RUSSELL, en sa présence, 135’, v.o., 2009, 16mm 
Dans la Birmanie sous dictature des années 2000, « Natpwe – le festin des esprits » de Tiane Doan na Champassak et de Jean Dubrel décrit le culte des Nats, les trente-sept esprits du panthéon birman. Cinq jours de fête, de possession et de transe, dont l’argentique nous transmet les vertiges individuels et collectifs aussi intensément que les mediums travestis transmettent les soubresauts toxiques des Nats. Un chef d’oeuvre de la poésie descriptive, dans la lignée des textes d’Antonin Artaud sur les Tarahumaras, des Maîtres Fous de Jean Rouch et des Tryyps de Ben Russell.

Réalisé au Suriname, « Let Each One Go Where He May » déconstruit les codes du cinéma ethnographique traditionnel en optant pour le mystère et en faisant la part belle aux éléments naturels plutôt qu’à l’analyse et au commentaire. En suivant le voyage de deux frères non identifiés, il use d’une structure narrative linéaire mais peu conventionnelle pour susciter la remémoration de faits historiques. Quittant la banlieue de Paramaribo, les frères traversent lors de leur périple « le pays », ses rivières, un village de « marrons » (esclaves en fuite) et rejouent au présent le trajet de la fuite de leurs ancêtres tentant d’échapper aux colons hollandais trois cent ans auparavant.

Projection 16mm et rencontre avec les cinéastes, organisée en collaboration avec les artistes participant au programme ARP

Mercredi 12 Juin, 18h
aux Beaux-arts,Salle de conférences
14 Rue Bonaparte
75006 Paris

Les commentaires sont clos, mais les trackbacks and pingbacks sont ouverts.