Visages d’une absente de Frédéric Goldbronn

L’absente, c’est la mère disparue du réalisateur, une figure qu’il convoque en interrogeant la mémoire de ses enfants, nés de pères différents et qui n’ont pas grandi ensemble. Il confronte ces mémoires trop pleines ou trop vides (ou trop pleines de leur vide) aux traces que sa mère a laissées, lettres et photos sans légendes ou parfois déchirées. Il retourne sur les lieux qu’elle a traversés, du 16ème arrondissement à Aubervilliers, en passant par Saint-Germain-des-Prés, enquête dans les archives et découvre son secret, l’histoire douloureuse de son enfance et de sa jeunesse sous l’Occupation. Au fur et à mesure, ces fragments s’assemblent, restituant l’unité d’une vie qui, dans son désordre même, dit quelque chose de la liberté d’une femme du 20ème siècle.

Trois séances en présence du réalisateur
– Le mardi 26 novembre à 18h en compétition au festival Traces de vies à Clermont Ferrand
– Le jeudi 28 novembre à 20h au cinéma Le Vivarais à Privas, dans le cadre du Mois du film documentaire
– Le samedi 30 novembre à l’Espace 1789 à Saint-Ouen, en compétition au festival du film de famille.

Les commentaires sont clos, mais les trackbacks and pingbacks sont ouverts.