Matisse, le tailleur de lumière, d’Isabelle Bony

Samedi d’Addoc #34

Le film

À l’âge de 78 ans et durant les six dernières années de sa vie, Henri Matisse consacre beaucoup de temps et d’énergie à une partie de son oeuvre : le vitrail.

L’utilisation de cette technique, nouvelle pour lui, s’inscrit dans le cadre de ses recherches sur la couleur, sur la lumière. Les impressions qu’il exprime sont celles dont il s’est imprégné tout au long de sa vie.

Cet ultime travail, il l’entreprend comme un défi à l’âge et à la maladie.

60’, 2019, Les docs du nord

Le débat

Isabelle Bony a grandi dans un environnement imprégné des couleurs de Matisse. Son père était verrier, et il a été l’artisan principal des vitraux du grand peintre. Plus tard, Isabelle constate qu’il y a un manque dans l’appareil critique de l’oeuvre de Matisse, concernant son travail sur verre. C’est une des motivations qui l’engagent à entreprendre un film.

Elle choisit de raconter l’histoire de l’inspiration qui entraîne progressivement Matisse à consacrer la fin de sa vie à des vitraux. Cette histoire est faite de voyages : le Maghreb, Nice, New-York… autant de lumières différentes. Mais c’est en Océanie que le peintre découvre la lumière qui passe à travers l’eau. Que cette lumière en transparence engendre les couleurs des vitraux de Matisse, tel est le point de vue du film.

Comment la réalisatrice a-t-elle su rendre vivants les témoignages et les archives qu’elle montre dans son documentaire, sans perdre le fil du travail du peintre avec le verre ?

Le débat après le film sera modéré par Meryem de Lagarde en présence de la réalisatrice.

Retour haut de page