Un nouveau « Lieu pour respirer »

Addoc s’associe

Dans le sillage de la fermeture brutale de l’Espace Khiasma en octobre dernier, un collectif d’associations s’est mobilisé pour tenter de sauver de sauver cet espace et écrire, à plusieurs mains, un nouveau chapitre de cette aventure démarrée en 2001, au travers d’un nouveau projet collégial, indépendant, à la mesure des lieux dont nous avons besoin aujourd’hui.

Alors que se construisent progressivement, au fil de réunions, le collectif et le projet de ce lieu qui n’a pas encore de nom, nous souhaitons plus largement relancer l’activité de cet espace dès aujourd’hui. Au fil des mois à venir, l’espace s’ouvrira ainsi pour un ensemble de moments ouverts à tou.te.s, entre invitations et discussions pour réfléchir aux manières de faire lieu aujourd’hui et moments festifs et conviviaux, pour grands et petits, voisins d’ici et d’ailleurs, famille de ce lieu à partager.

Premier rendez-vous samedi 2 février : retrouvez-nous dès 16h autour d’un goûter, avant un repas préparé par les cuisinier·e·s du projet — petit prix en soutien soutien au lieu, pensez à prendre de la monnaie —, puis une soirée musicale et festive !

Dès aujourd’hui, si vous pouvez faire un geste pour faire vivre cette aventure, rendez-vous ici : https://www.gofundme.com/un-lieu-pour-respirer

« Un Lieu Pour Respirer » (ex-Espace Khiasma)
15 rue Chassagnolle, 93260 Les Lilas
Entrée libre

___________________________________

« UN LIEU POUR RESPIRER »

Chers amis,

En octobre dernier, l’association Khiasma a arrêté son activité et l’Espace Khiasma ouvert en 2004 aux Lilas a fermé définitivement ses portes. L’émouvante soirée de clôture du 20 octobre nous a rappelé combien la communauté constituée autour de cet espace était particulière, diverse, et avait inventé un lieu unique pour débattre, apprendre et se rencontrer. Malgré la fin de Khiasma donc, nous avons décidé de ne pas abandonner ce lieu précieux, mais de le fabriquer autrement. Il ne s’agit pas de refaire Khiasma mais de travailler dans une autre économie, plus légère, et d’expérimenter des alliances entre des structures aux tailles, horizons et moyens différents, associant bénévoles et professionnels. Quitter la peau d’un centre d’art pour réinventer une Maison Pour Tous expérimentale ? Pourquoi pas. Penser un lieu en impliquant tous ceux qui le font, le pratiquent et le rêvent. A partir du besoin d’accueillir et de partage qui ne s’interdit rien, de la cuisine aux soins, des arts visuels aux expériences botaniques, du cours d’histoire alternatif à l’atelier pour apprentis poètes et poétesses.

Aujourd’hui plus que jamais alors que les politiques les plus sombres s’installent partout et que les villes deviennent de moins en moins hospitalières, nous avons besoin de lieux pour respirer, pour parler et pour accueillir les hôtes les plus inattendus. Nous voulons fabriquer un lieu de recherche et d’expériences, de controverse et de convivialité, un lieu qui fait société. Un lieu qui invente des modes de gouvernance collective en associant des pratiques et formes de vie diverses dans un même espace. Un lieu de vie ouvert en journée et qui donne accès à des espaces de travail et à des postes Internet, à un café au chaud ou un thé au frais ainsi qu’au contenu d’une vidéo-bibliothèque. Un lieu ouvert certains soirs pour se retrouver, découvrir, comprendre.
Pour construire ce lieu qui n’a pas (encore) de nom, nous avons besoin de tous. Il reste encore largement à construire et nous sommes à l’écoute des propositions de tous, d’associations à vocation culturelle, locale, d’agriculture urbaine, qui interrogent le genre et la diversité, qui accueillent les réfugiés, les jeunes et ceux qui ne le sont plus, mais qui passent par là. Une structure locale mais inscrite dans le monde, qui fabriquera des alliances au plus proche comme dans le lointain, un refuge.

Nous imaginons un lieu indépendant dont nous ne voulons pas qu’il dépende des subventions. C’est le sens de ce premier crowdfunding : se donner les moyens de continuer de louer l’espace de la rue Chassagnolle aux Lilas afin de construire sereinement un nouveau projet collectif. Durant le premier semestre 2019, nous allons rassembler les personnes et les structures désireuses de participer à cette aventure, animer des réunions constitutives du projet, et écrire sa charte. Commencer à imaginer une programmation qui prendra son temps et accueillera autant des groupes de travail, des repas, des cours, des ateliers que des moments publiques plus larges.

L’ensemble des structures engagées participera à terme à la gouvernance de l’association collégiale du lieu qui verra le jour à l’automne 2019.

Rejoindre le projet
Des réunions mensuelles ouvertes à tou.te.s permettront à chacun de suivre l’évolution du projet en devenir et de s’impliquer dans son élaboration, que ce soit pour y proposer une initiative concrète ou pour rejoindre l’une de celles déjà en cours. Favorisant l’arrivée de nouvelles propositions, ces réunions présenteront aussi les membres fondateurs du projet, son histoire, leurs pistes de réflexion et les actions mises en oeuvre. Ces réunions auront lieu un mercredi par mois, de 18h30 à 20h30 au 15 rue Chassagnolle (Les Lilas) et seront suivies d’un repas partagé. Premier rendez-vous : le mercredi 23 janvier.

Et concrètement, on y fera quoi et comment ?
Ce nouveau chapitre s’écrit à plusieurs mains et nous allons en rendre compte au fil de cette campagne. Un collectif se constituera non pas à la manière d’une plateforme où chacun développe son projet, mais par le tissage d’un ensemble de pratiques et d’usages affectés par l’histoire du lieu et la communauté qui le fait tenir. Cela suppose de prendre le temps d’accorder les propositions pour élaborer une trame d’activité à la mesure de celles et ceux qui font le projet.

On pourra ainsi y trouver : des espaces de documentation et de travail ouverts au quotidien, des repas partagés, des séances de projections pour les plus jeunes et les familles, des plateaux radio avec les usager·e·s du lieu, des ateliers pour partager et transmettre les pratiques des différentes associations qui portent le projet (écriture, son, cinéma, agriculture urbaine…), des permanences d’aide juridique et sociale, des rencontres avec des artistes, chercheur·e·s, associations et habitants pour échanger sur leurs travaux en cours, des bureaux permanents pour des personnes qui cherchent un espace de travail… et bien d’autres choses qui restent à inventer.

Les structures déjà réunies autour du berceau :
Potager Liberté, La Fabrique Phantom, r22 Tout-monde, Le Star Hôtel, Addoc – Association des Cinéastes Documentaristes, Rester.Etranger, ExposerPublier, Territoires.

N’hésitez à nous laisser votre adresse pour ne perdre le fil ou encore échanger autour de la suite à : unlieupourrespirer@gmail.com

Soutenez le projet : https://www.gofundme.com/un-lieu-pour-respirer

Retour haut de page