Bangladesh : naissance d’un drapeau, de Prokash Roy

au Cinéma Le Brady

Dimanche 1er juin 2014 à 17h – Cinéma Le Brady
39 boulevard de Strasbourg, 75010 Paris

Banglasdesh : naissance d’un drapeau, de Prokash Roy.

Débat animé par Charlotte Szlovak d’Addoc, en présence du réalisateur, Prokash Roy.

Après avoir découvert des images historiques de son pays d’origine, des images de la guerre d’indépendance au Bangladesh, le réalisateur Prokash Roy a fait une recherche pour retrouver les journalistes qui ont réalisé ces reportages. Son idée, c’était d’emporter un jour ces images au Bangladesh pour les montrer aux Bangladeshis.
Mais la situation politique au Bangladesh impose de présenter en urgence ces reportages au grand public.

Le réalisateur a réussi à rencontrer, parmi ces journalistes engagés, le seul encore vivant, Philippe Alfonsi. Il lui montre l’extrait d’un de ses reportages en 1971 au Bangladesh en pleine guerre.

Dans ces images qu’il n’a pas revues depuis 1971, Philippe Alfonsi retrouve encore l’ambiance et « les odeurs » de cette époque. Dans une interview, il racontera ensuite d’autres souvenirs sur sa mission au Bangladesh.

BANDE-ANNONCE DU FILM

On entre petit à petit dans l’histoire de la naissance du Bangladesh, on essaie de comprendre les relations entre le Pakistan de l’Ouest et le Pakistan de l’Est. Dans les images on voit les Bengalis mécontents des Pakistanaises de l’ouest. Les premiers font des manifestations et réclament l’indépendance.
La guerre éclate entre l’armée de l’ouest pakistanaise et le peuple bengali du Pakistan de l’Est.
Le gouvernement pakistanais lance une terrible répression contre le peuple bengali, et les Bengalis essaient de résister à l’armée pakistanaise et de se former militairement. Rapidement, le conflit attire l’attention des pays puissants et devient un sujet international. Dans les dix mois qui suivent, ce territoire vit une terrible guerre : les massacres, la destruction, le génocide, les viols et une marée d’hommes, de femmes et d’enfants malheureux.
Pourquoi cette guerre ? Quelles sont ses particularités? Quelle a été la position des pays autoritaires au regard de cette guerre et comment les Bengalis ont pu maintenir leur indépendance ?

Le combattant Bengali M. Enamul Hoque, qui était dans un commando suicide contre l’armée pakistanaise, est lui aussi un témoin de cette enquête historique sur l’Indépendance : il essaie, sous l’effet d’une vive émotion, de plonger dans sa mémoire privée pour pêcher les souvenirs douloureux de la guerre et les partager avec les spectateurs du film.

42 ans se sont écoulés après la libération. En 2013, les Bengalis sont divisés sur « l’Indépendance » en tant que sujet lié à leur histoire. Dans les rues de la capitale, les gens se rassemblent pour manifester. Mais quelle est la raison de cette manifestation ? Pourquoi la nouvelle génération revitalise l’esprit de l’Indépendance ?

Le Pakistan oriental étant un pays pauvre et moins développé, en plus complètement ruiné par la guerre, n’avait pas le pouvoir médiatique pour communiquer avec l’extérieur. Le monde, donc, a pris connaissance de la guerre et de l’état critique du peuple bengali grâce aux reportages des journalistes étrangers. Ces mêmes journalistes qui ont dévoilé les enjeux des pays puissants impliqués dans la naissance du Bangladesh.

Et parmi ces témoignages il y avait des très beaux reportages français, diffusés à la télévision française et à la télé d’autres pays, mais toujours inédits au Bangladesh et en Inde. À travers ces images tournées par des journalistes français on voit leur engagement, leur courage et leur volonté d’expliquer la situation tragique de la guerre.

Les images revalorisent aussi l’engagement de différentes personnalités françaises, (comme André Malraux et François Mitterrand) prêtes à soutenir le peuple bengali dans la crise politique.

Le film enfin, révèle au public certains soutiens français pour le peuple bengali : l’éthique des journalistes français, leur recherche de la vérité mais aussi les valeurs, la simplicité et le romantisme pour l’indépendance des combattants bengalis.
Et surtout, la joie du peuple bengali d’avoir obtenu un drapeau et un pays finalement libre.

Retour haut de page