Les chemins d’Oran, de Marion Lary

Samedi d’Addoc #24

Addoc vous invite à la 24ème séance des Samedis d’Addoc, le 25 janvier 2020 à 11h au Luminor Hôtel de Ville – 20 rue du Temple, 75004 Paris.

Un film de Marion Lary, 58 minutes.

Réaliser à distance, une posture cinématographique ?
Zhora part à Oran sur les traces de son père, disparu avant sa naissance.
La réalisatrice, empêchée d’accompagner son amie à cause d’un refus de visa, demande à sa fille de filmer à sa place. Depuis Paris, elle va réaliser le film à distance.

Le cinéma est-il le lieu par excellence de la transmission familiale ? Entre le manque du père et l’absence de la réalisatrice, les retrouvailles de la famille oranaise et les conversations par Skype avec sa fille, Marion Lary tisse un film sur les chemins divers et ténus de nos parcours intimes.

« Quand j’ai proposé à Zhora de l’accompagner dans la recherche de ses racines paternelles à Oran, je ne me doutais pas que ce serait si compliqué de la filmer dans la rue, à l’image de la place des femmes dans l’espace public en Algérie.

J’ai rencontré Zohra en 1998. Nos enfants étaient amis en classe. Les assassinats se multipliant, Zohra et sa famille venaient de quitter Alger.

Vingt ans plus tard, divorcée, enfin titulaire d’un poste de professeure d’anglais dans un lycée du 93 et de la nationalité française, elle ressent le besoin d’aller à Oran à la rencontre d’un père qu’elle n’a pas connu.

En suivant Zhora dans son enquête pour retrouver Benchaâ Belkhiter, homme de théâtre, mort dans un accident de voiture avant sa naissance, nous allons découvrir comment à Oran et dans le reste de l’Algérie, les femmes peinent à exister. Difficultés qui ont contribué à l’exil de Zohra en France.

Le débat sera animé par Catherine Rechard, en présence de la réalisatrice 

Bande-annonce

Tarif unique 6€
Cartes UGC et CIP acceptées.

Retour haut de page